Recherche

Accueil du site / Uranium en Bretagne / A Brennilis, l’emploi suspendu au démantèlement

Ouest-France - Finistère - 15/11/2008

Le conseil d’Etat ayant annulé, l’an dernier, le démantèlement de la centrale de Brennilis en raison du manque d’information du public, « il va maintenant falloir de 18 mois à deux ans pour instruire le nouveau décret permettant de démanteler le réacteur, a indiqué, jeudi à Paris, André-Claude Lacost, président de l’Autorité de sûreté nucléaire, qui présentait ses recommandations sur le démantèlement des centrales nucléaires. Plus une dizaine d’années avant d’arriver à une dénucléarisation du site. Qui pourra alors être libéré, vers 2018, pour d’autres usages. »

40 personnes sont actuellement employées sur le site de l’ancienne centrale : « surveillance des installations, maintenance courante, contrôles de l’environnement, gestion des risques, planning des différentes étapes, l’arrêt du démantèlement ne signifie pas l’arrêt total des activités, a précisé Xavier Petitjean, le nouveau directeur de l’installation nucléaire dont le démantèlement, « une fois les incertitudes levées », impliquerait un effectif maximum de 120 personnes.