Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Accueil du site / Centrale de Brennilis / Centrale de Brennilis. Une maison avant démolition

LE TELEGRAMME - 19 juin 2009

La Maison du Lac a été inaugurée, hier, sur le site nucléaire de Brennilis. Une jolie vitrine au moment où la reprise du chantier de démantèlement se précise.

La Maison du lac. Drôle de nom sur un site nucléaire. Envie de s’offrir une bonne image du côté d’EDF ? « Elle s’est toujours appelée comme ça », précise Xavier Petitjean, directeur actuel du site de Brennilis. D’ailleurs, la vue sur le réservoir Saint-Michel montre que cela coulait de source. L’intérieur de la solide bâtisse en pierre vaut également le coupd’oeil. Connaissances générales sur l’électricité, modes de production, localisation des centrales en France... s’étalent en différents modules interactifs, dignes de la cité des Sciences ou d’Océanopolis. Premiers visiteurs de ce lieu ouvert au grand public (*), les gamins de l’école de Brennilis ont, paraît-il, adoré.

Démantèlement : nouvelle étape favorable

D’autres apprécieront l’expression d’une volonté de transparence d’EDF qui pousse jusqu’à révéler les points de surveillance du site de Brennilis. Hormis le prix de tous ces aménagements, la Maison du Lac ne cacherait aucun secret. Pour preuve : le module consacré à l’historique du site de Brennilis signale la suspension du chantier de démantèlement, ordonnée en 2007 par le Conseil d’État, après recours de l’association Sortir du nucléaire. L’installation pourrait bientôt s’enrichir d’une nouvelle ligne : « La mission de sûreté nucléaire radioprotection (MSNR), dépendant du ministère de l’Environnement, vient de juger recevable notre demande de reprise de ce chantier », se félicite le directeur.

Reprise en 2010 ?

Les prochaines étapes ? « Une enquête publique organisée par le préfet après l’été. Elle impliquera, a minima, les communes situées à moins de 5km d’un périmètre que les services de l’État doivent encore définir. Le préfet transférera l’avis du commissaire enquêteur au ministre compétent pour signature (ou non) du décretautorisant le redémarrage du chantier. Le deuxième semestre 2010, au mieux ». Du complexe nucléaire de Brennilis, dont l’exploitation s’est arrêtée en 1985, il ne reste plus que les échangeurs de chaleur et le bloc réacteur. Étape de démantèlement la plus délicate puisque si le coeur de la centrale renferme les 50 dernières tonnes de déchets sur les 100.000 produits sur site, ce sont les plus radioactifs. Moins dangereux, 600 colis attendent également d’être évacués.

* Accès libre et gratuit le mercredi et le samedi, de 9h à 12 et de 14h à 18h. Animation permanente par un conférencier. Tél.02.98.99.69.06.

* Yann Le Gall