Recherche

Accueil du site / Presse / Solaire, « Même à Maël-Pestivien ça marche ! »

le télégramme - 12 octobre 2009

« Si ça marche ici, à Maël-Pestivien, cela veut dire que l’on peut mettre des panneaux solaires partout en Bretagne », sourit Jean-Michel Mener. Certes, il y a plus de soleil à Nice que dans ce village costarmoricain. Mais ce producteur de lait est satisfait de son investissement. « Cette année, on a produit 7% d’électricité de plus que ce qui était prévu. »

270 mètres carrés

Depuis quinze mois, Jean-Michel Mener et son associé, David Le Bris, éleveurs de vaches laitières (370.000 litres de lait), vendent de l’électricité à EDF. L’un de leurs hangars, exposé plein sud, qui abrite des génisses et des stocks de paille, a été recouvert en guise de toit de 270mètres carrés de panneaux photovoltaïques pour une production annuelle de 36.000kWh. Montant de l’investissement : 180.000euros, financé par un emprunt bancaire sur douze ans. En 2020, les deux associés, qui ne bénéficient ni de crédit d’impôt ni de subventions, auront fini de payer leur équipement uniquement grâce à la vente du courant produit sur l’exploitation. Les panneaux étant intégrés dans la toiture, EDF rachète l’électricité produite à un tarif très attractif. « Cela va nous rapporter 20.520euros par an. Et c’est garanti pendant vingt ans », calcule Jean-Michel Mener.

Les banques frileuses au départ

Pour une activité qui ne demande pas de travail, voilà une bonne opportunité de diversification que les deux associés, jeunes pères de famille, ont été parmi les premiers à saisir dans les Côtes-d’Armor. Très sensible aux énergies renouvelables, Jean-Michel Mener, qui prépare une conversion de la ferme en bio, a mûrement réfléchi à son projet avec ses collègues du Ceta de Corlay, un groupe d’agriculteurs du Centre-Bretagne dont il fait partie. Néanmoins, l’éleveur reconnaît que les banques ont réfléchi à deux fois avant de prêter de l’argent au GAEC. Elles ont bien vérifié la viabilité de l’exploitation. « Comme on était les premiers, elles se posaient beaucoup de questions. »

Répondre à cet article