Recherche

Accueil du site / Base de l’ILE LONGUE / Missile M51. Quatrième essai au large de Penmarc’h

Le telegramme - 28 janvier 2010

Hier, le 4e tir d’essai du missile M51 a eu lieu au large de Penmarc’h(29). Il devrait équiper, à terme, les quatre sous-marins nucléaires basés à l’Ile-Longue (29).

Le tir de missile nucléaire M51 a bien eu lieu, hier matin, à partir du sous-marin Le Terrible. Ce tir expérimental, le quatrième du genre mais le premier en mer, a été effectué à 9h25, au large de Penmarc’h. Les marins-pêcheurs du Sud-Finistère, et notamment les langoustiniers bigoudens, ont entendu et suivi le décollage du missile s’apparentant à une petite fusée Ariane. Attendu en mer, de l’autre côté de l’Atlantique, le missile stratégique, dénué de charge nucléaire, a été suivi durant son vol d’une quinzaine de minutes par les moyens du centre DGA Essais et missiles de Biscarrosse et de Quimper, ainsi que par le bâtiment d’essais et de mesures Monge, situé au plus près de la zone d’impact. D’une hauteur de 12 m et d’un poids maximal de 56 tonnes avec ses six têtes nucléaires, leM51disposera, par rapport aux M45 actuels, d’une portée sensiblement accrue (de l’ordre de 8.000km contre 6.000 km) et d’une précision améliorée.

Une arme de nouvelle génération

Dans un communiqué adressé hier matin, le ministre de la Défense, Hervé Morin, exprimait sa grande satisfaction en rappelant que cette arme de nouvelle génération est destinée à équiper, à partir de 2010, les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins basés à l’Ile-Longue, en presqu’île de Crozon. Le ministère avait annoncé, fin 2004, la notification à EADS Space Transportation d’une commande d’un montant de trois milliards d’euros pour la production du M51, le coût global du développement du programme s’élevant à cinq milliards d’euros.

« Une provocation »

Cet essai, a assuré Hervé Morin, a été effectué par la France « dans le strict respect de ses engagements internationaux », comme les traités de non-prolifération ou d’interdiction complète des essais nucléaires. Une dizaine de militants pacifistes avaient cependant lâché des ballons, samedi, autour du centre d’essai de lancement de missiles (CELM) des Landes pour protester contre la perspective de ce nouveau tir, « véritable provocation aux instances internationales », selon eux.

Répondre à cet article