Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Accueil du site / Centrale de Brennilis / [presse] Centrale de Brennilis (29) : avis défavorable au démantèlement (Ouest-France)

Ouest France 28 03 2010

EDF veut démanteler le réacteur nucléaire de la centrale de Brennilis (Finistère). Hier, la commission d’enquête publique a rendu un avis défavorable. Les ministres trancheront.

« La commission d’enquête ne peut qu’émettre, à l’unanimité, un avis défavorable. » Nouveau rebondissement dans le dossier du démantèlement de la centrale nucléaire de Brennilis (Finistère). Depuis 1985, le site nucléaire est arrêté. Déjà condamné par le Conseil d’État, pour manque de transparence, EDF aimerait terminer la déconstruction du réacteur rapidement. L’entreprise a constitué un dossier de 1 900 pages pour cela.

Urgence pas démontrée

Associations, hommes politiques et citoyens ont pointé plusieurs zones d’ombre au cours de l’enquête qui s’est achevée le 11 novembre. La commission d’élus et de représentants associatifs a rendu un avis favorable, en demandant des précisions. Hier, la commissaire enquêteure, Danielle Faysse, est allée plus loin. Elle demande que les informations complémentaires soient fournies avant d’autoriser les travaux.

Cet avis défavorable se base sur plusieurs lacunes du dossier. EDF justifie la déconstruction à court terme dans un argumentaire d’une seule page. « L’urgence de démanteler le bloc réacteur, confiné dans l’enceinte réacteur, largement au-dessus du niveau de la nappe phréatique, n’est pas démontrée », écrit Danielle Faysse. Elle ajoute : « Les solutions de stockage pour les déchets radioactifs à vie longue ne sont pas encore trouvées ». EDF prévoit un stockage intermédiaire sur un site dont la construction n’a pas encore été autorisée. Enfin, la conclusion dénonce le fait que « l’inventaire de l’état radiologique et chimique du site n’est pas achevé ».

La commission d’enquête demande aussi la mise en place d’un débat public national sur le démantèlement des installations nucléaires,« compte tenu du nombre d’installations nucléaires à l’arrêt ou en cours de démantèlement (une trentaine) et du fait qu’aucun réacteur ne soit encore à ce jour démantelé ».

Avis consultatif

En réaction, Charles Plourdeau, le conseiller auprès du délégué régional d’EDF, assure que son entreprise « se tient à la disposition des autorités pour répondre aux questions ». La commissaire enquêteure note qu’EDF « n’a pas jugé utile de répondre aux réserves et recommandations de la commission locale d’information, malgré la demande de la commission d’enquête ».

La commission n’a cependant aucun pouvoir de décision. Son avis est purement consultatif. Ce seront aux ministres de l’Économie et de l’Écologie de signer, ou non, le décret autorisant la déconstruction.

Romain LE JEUNE.

Répondre à cet article