Autres articles dans cette rubrique

Recherche

Accueil du site / Centrale de Brennilis / [Presse] Visite d’une centrale

Le télégramme - 09/10/2007

Brennilis. Au cœur du réacteur

Suspendu par décision du conseil d’État depuis le mois de juin dernier, le chantier de déconstruction de la centrale de Brennilis continue d’alimenter les conversations. La direction d’EDF a accepté de nous ouvrir les portes de l’enceinte du réacteur.

Il ne reste plus grand-chose, à vrai dire. Le chantier de démantèlement de la centrale nucléaire de Brennilis a débuté depuis déjà 10 ans. Une pelouse bien verte a remplacé la majorité des anciens bâtiments. Reste à démanteler un sous-sol de bassin d’effluents et surtout l’immense dôme grisâtre abritant encore le réacteur.

« Nous espérons reprendre le chantier mi-2009 » Mais voilà, depuis le 6 juin dernier, EDF maître d’œuvre de ce gigantesque chantier de déconstruction, a été sommé par le conseil d’État de suspendre les travaux. Une histoire d’étude d’impact non-publiée dans les délais impartis. « Nous préparons actuellement un nouveau dossier. Nous le déposerons au mois de juin prochain en espérant pouvoir reprendre le chantier mi-2009 et réaliser le démantèlement total à l’horizon 2020 », explique Bertrand Dubuis, responsable du site. En attendant… Et bien, en attendant, rien. Sur les 100 employés qui travaillaient sur le chantier, « 25 seront conservés pour assurer les travaux de maintenance, de gardiennage et d’entretien de la centrale ».

« Les travaux ont complètement cessé » Sur place, cette baisse d’activité se vérifie. Dans le bâtiment du réacteur, seuls quelques individus en blouse blanche s’affairent. « Ils installent le nouveau matériel de détection », explique Bertrand Dubuis. Au sous-sol, une jeune femme contrôle de drôles de barils jaunes. « Ce sont des fûts de déchets faiblement radioactifs. Il nous en reste 300 à expédier dans l’Aube sur le site de l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) », souligne le directeur. Dernier envoi avant longtemps. Car dans les autres salles de l’immense bâtiment, celles du réacteur et des échangeurs thermiques notamment, les travaux ont complètement cessé depuis la fin du mois de juillet. Soit deux mois après la suspension de chantier ordonnée par le Conseil d’État.

Un monstre encore vivant Que s’est-il passé pendant cette période ? « Nous avons dû finir les travaux de démantèlement de l’enceinte du réacteur et replier le chantier afin de ne pas laisser de tuyaux éventrés derrière nous », indique Bertrand Dubuis en franchissant le premier des trois portails de sécurité qui relient le réacteur au monde extérieur. Car même si le monstre de béton de Brennilis a perdu 99% de sa radioactivité depuis la cessation de la production en 1985, il reste ce petit 1% de danger mortel qui explique tout : les dix ans de travaux restants, la rigueur des procédures de sécurité encore en place et la vigilance des associations environnementales…

Voir aussi la vidéo / JTWeb du 09/10/2007

Vincent Lastennet. 09/10/2007.