Recherche

Accueil du site / Presse / Brennilis : une commission d’information

OUEST FRANCE 11 JUILLET 2008

La réunion de l’observatoire du démantèlement de la centrale de Brennilis eu lieu hier. Une commission locale d’information sera créée d’ici janvier 2009.

Un nouveau dossier de demande d’autorisation de démantèlement pour fin juillet 2008. Hier, à l’occasion de la réunion semestrielle de l’Observatoire du démantèlement, organisme pluriel rassemblant des élus, EDF, la Drire, des associations de défense de l’environnement,* *etc, EDF a déclaré* « tenir ses engagements auprès de l’État »*. Ce dossier, qui tend à exposer la stratégie de démantèlement de la centrale, devrait peu différer du précédent, déposé en 2003, si ce n’est* « prendre en compte les paramètres nécessaires pour répondre à la nouvelle réglementation environnementale, la loi transparence et sécurité sur le nucléaire, adopté en 2006 »*, explique le sous-préfet Denis Olagnon. Il permettrait surtout de relancer la question du démantèlement de la centrale. L’opération est en effet toujours gelée par décision du Conseil d’État pour insuffisance d’information au public. *« Si la demande de démantèlement est avérée recevable par les ministres, une enquête publique sera ouverte sous la responsabilité des pouvoirs publics ».*

Commission locale d’information

*« L’arrêt du conseil d’État visait l’absence d’une commission locale d’information, nécessaire selon une directive européenne »,* commente EDF. Jusqu’à présent, l’information du public au sujet de la centrale de Brennilis revenait à l’Observatoire du démantèlement, créé par le préfet du finistère. Un observatoire jugé insuffisant par les associations écologiques, tel que Sortir du Nucléaire. La commission d’information devrait remplacer cet observatoire dans le rôle de l’information au public. Présidée par le conseil général, elle laissera une part plus grande aux associations et aux élus. EDF en sera par ailleurs exclu en tant que membre.

Quant à savoir qui la dirigera, rien de précis encore, mais un décret prévoit que sa présidence revient au président du conseil général ou à un élu. Cette CLI devra être en fonctionnement au plus tard pour janvier 2009. *« Son financement est encore bien flou*, commente Marie-France Le Bloch, conseillère générale du canton de Pleyben,* mais un poste a été créé au conseil général, spécialement chargé de la mise en place de cette CLI ». *

Dès septembre, Pierre Maille, président du conseil général, rencontrera les représentants des différents collèges de la commission afin de répartir les rôles et missions de chacun. *« On espère ainsi un débat plus démocratique et plus de transparence dans l’information sur la centrale nucléaire*, explique Chantal Cuisnier, membre de Sortir du nucléaire. *Mais le plus important c’est d’avoir des études indépendantes. Il faut qu’il y ait une vraie cartographie de la contamination nucléaire à Brennilis ». *