Recherche

Accueil du site / Presse / Brennilis. Le conseil général entre dans la partie

Le Télégramme _ 11 Juillet 2008

*Les antinucléaires vont obtenir une commission locale d’information (Cli), présidée par le conseil général du Finistère. EDF va déposer fin juillet le dossier préalable à la reprise du démantèlement de la centrale.

Les choses avancent à Brennilis.*

En juin 2007, le Conseil d’État annulait le décret autorisant EDF à poursuivre le démantèlement total et immédiat de la centrale nucléaire de Brennilis. Depuis, l’activité sur le site est réduite à son strict minimum. « Entretien, rénovation des éclairages dans le bâtiment du réacteur, études et mesures radiologiques », rappelle Bertrand Dubuis. Le directeur du chantier de démantèlement a passé la majorité de l’année écoulée à constituer le dossier préalable à la reprise des opérations. « Nous allons le déposer sur le bureau des services de l’État à la fin du mois de juillet », a-t-il annoncé, hier, au cours d’une réunion de l’Observatoire, commission informelle réunissant tous les six mois les différents acteurs du dossier.

*Disparition de l’Observatoire*

La nouvelle n’enchante pas les antinucléaires.

Hier, à 14 h, ils se sont postés aux portes de la centrale pour demander la suppression pure et simple de l’Observatoire « illégal depuis le décret du 12 mars 2008 ». Nicole Jacquin, membre du réseau Sortir du nucléaire, reproche à cette commission informelle « son manque de transparence et d’indépendance ». Elle souhaite que, comme l’impose la loi, une Commission locale d’information (Cli) remplace l’actuel Observatoire.

La différence ? La Cli disposera de moyens propres lui permettant d’engager des études indépendantes. L’ordre du jour ne sera plus dicté par l’État et l’exploitant, mais par le conseil général qui en assurera la présidence. Le sous-préfet de Châteaulin, Denis Olagnon, a annoncé, hier, que « cette commission devra être créée avant le 1 e r janvier 2009 ». La balle est désormais dans le camp du conseil général. « Le délai est très court. Nous allons devoir rendre une délibération au mois de décembre et nous ne savons toujours pas précisément de quels moyens financiers nous allons disposer », s’inquiète Marie-France Le Boulch, élue départementale. Le sous-préfet de Châteaulin, Denis Olagnon, n’a pas réussi à la rassurer sur ce dernier point. Or, les choses s’accélèrent.

Contre le démantèlement

La procédure d’obtention d’un nouveau décret de démantèlement devrait entrer en phase d’enquête publique dès le début de l’année 2009. Les antinucléaires souhaitent disposer avant cette échéance d’un maximum d’informations et demandent un débat public.

Leur objectif ? « Attendre 30 ou 40 ans. Voir ne pas démanteler du tout. C’est à mes yeux la solution la plus sûre », explique Nicole Jacquin. Et elle compte beaucoup sur la Cli pour recueillir les informations nécessaires à étayer une thèse largement partagée dans le milieu des associations antinucléaires.

Vincent Lastennet