Recherche

Accueil du site / Presse / La CRIIRAD critique le manque d’informations sur la fuite d’uranium au Tricastin

AP | 18.07.2008 | 12:55

Roland Desbordes, le président de la Commission de recherche et d’information indépendante sur la radioactivité (CRIIRAD), a de nouveau critiqué vendredi le manque d’informations disponibles sur la fuite d’uranium intervenue le 7 juillet sur le site du Tricastin (Vaucluse).

Il s’est déclaré "insatisfait" devant le manque de transparence des pouvoirs publics et du groupe Areva, déplorant sur LCI "une inquiétude qui naît surtout d’une information brouillée" car "les gens ont le sentiment qu’on ne leur dit pas tout".

M. Desbordes a regretté que "la communication qui a été faite par les exploitants et par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) n’a pas contribué à analyser le problème dans la sérénité autour de Tricastin" depuis la révélation de l’incident.

"Quand, d’un côté, on vous dit qu’il n’y a absolument aucun impact et, de l’autre côté, le préfet qui prend des mesures de restriction de la consommation de l’eau, on se pose la question (...) Où est la logique là-dedans ?", s’est-il interrogé.

"Quand on parle de transparence et qu’on ne sanctionne pas les mensonges, je ne vois pas où est la transparence" a affirmé M. Desbordes, précisant que "ça reste un incident d’un niveau relativement faible mais qui à mon avis a un impact sanitaire".

L’ASN a par ailleurs annoncé en milieu de matinée qu’une nouvelle fuite d’uranium avait été constatée jeudi dans une filiale d’Areva à Romans-sur-Isère (Drôme). AP