Recherche

Accueil du site / Presse / [Presse] L’Île Longue parée pour ses nouveaux missiles

Ouest France - 29 juillet 2008

La base de sous-marins nucléaires finistérienne s’est transformée pour accueillir les M 51. Trois ans de travaux et 260 millions d’euros.

Nouveau commandant de l’Île longue, base des quatre sous-marins nucléaires français lanceurs d’engins (SNLE), Bernard Jacquet a pris ses fonctions hier. Il dirigeait auparavant le bureau de la maîtrise des risques nucléaires au ministère de la Défense, à Paris. Il succède à Philippe Guégon qui part commander la base navale de Brest.

Bernard Jacquet sera chargé de mettre en service, en 2010, les missiles M51, dont 16 exemplaires équiperont chaque sous-marin, à commencer par Le Terrible, actuellement en construction. Chacun de ces missiles peut emporter six têtes nucléaires dont chacune représente dix fois la puissance de la bombe d’Hiroshima. « 55 tonnes au lieu de 35 pour les M45, 8 000 km de portée au lieu de 6 000. Il est aussi plus large », explique Bernard Jacquet.

Hangars de maintenance agrandis

Il a fallu préparer le site finistérien à accueillir le M51. Les hangars de maintenance déjà vastes ont été agrandis ; la voie ferrée de 1 600 m qui transporte les missiles pour les amener aux deux bassins, où sont carénés les sous-marins, a dû être renforcée. Dans les bassins eux-mêmes, il a fallu changer les appareils de levage et renforcer leurs points d’appui. Un marathon débuté avec l’arrivée de Philippe Guégan, en 2005, et qui a coûté 260 millions d’euros. « Nous avons vécu toutes ces années avec 400 ouvriers supplémentaires pour ce chantier », se souvient Philippe Guégan.

« Le Terrible, premier sous-marin à être construit pour le M51, arrivera ici dans six mois », ajoute le commandant Bernard Jacquet. Ce sera le moment des essais grandeur nature du M51. Un missile qui a déjà été testé deux fois dans le centre d’essais des Landes, en plein air, « et qui sera testé sous l’eau cet automne, dans une piscine creusée exprès », commente un cadre de Spectrum, la filiale d’EADS qui assure la maîtrise d’oeuvre du programme M51, de sa conception à l’adaptation du site de l’Ile Longue, en passant par la maintenance. « Jamais nous n’étions allés aussi vite pour valider une arme aussi complexe. »

« Ces missiles seront assemblés à Guenvenez à côté de l’Île Longue », explique Philippe Guégan. Les M45 étaient assemblés en Aquitaine. Ce travail nécessitera la présence de 120 ingénieurs sur la presqu’île de Crozon. Enfin, il va falloir également adapter les sous-marins. Le Vigilant, mis en service en 2004, entrera en grand carénage pour deux ans en 2010. Les seize alvéoles seront alors adaptées à la nouvelle arme majeure de la défense française.

Philippe ATTARD.